eponyme's blog : linux, dev & cie

D'une CentOS + Plesk d'amen.fr vers une CentOS vanilla

Comme je l'avais expliqué lors de mon billet sur mon serveur privé virtuel de chez amen.fr, je n'ai pas eu le choix d'avoir un Plesk collé à ma CentOS ! Après quelques tentatives ratées, je donne ici la marche à suivre pour s'en débarrasser, et avoir une distribution proche de l'originale. Notez que cela me servira surtout d'aide mémoire, et que si vous suivez cette procédure, vous ne pourrez revenir en arrière (à moins d'une réinstallation), que vous n'aurez évidemment plus accès à Plesk (mais toujours au menu virtuozzo, donc aux statistiques, à la console de maintenance, etc ...) et qu'il vous faudra l'assumer (vous avez tout à fait le droit de le faire, il est cependant probable que si un jour vous posez une question au support, une réponse avec la "méthode Plesk" vous soit donnée). Il faut donc aussi que vous soyez surs de pouvoir administrer votre serveur sans Plesk (je ne le ferai pas pour vous ;) ). Le contexte étant fixé, on peut y aller.

VBinDiff disponnible via yum !

VBinDiff est un programme permettant de visualiser (dans un terminal) des fichiers en hexadécimal ou en ASCII. De plus,VBinDiff permet de visualiser deux fichiers à la fois, et de mettre en évidence les différences entre ceux-ci. Contrairement à la commande diff, VBinDiff fonctionne bien avec des fichiers dont la taille dépasse plusieurs gigas.

Ce logiciel n'était pas présent dans les dépôts Fedora, j'en avais proposé la revue, et celui-ci a été accepté, puis intégré. Il est donc maintenant installable pour les utilisateurs de Fedora et du dépôt EPEL 5 (Entreprise Linux et CentOS) grâce à YUM  :

# yum install vbindiff


Fabien (eponyme)

Fedora 8 : 2 - Centos 5.0 : 0

J'avais un serveur intranet et une station de travail sous Fedora 5 au travail. J'avais très envie depuis longtemps de les passer sous Centos 5.0 pour le support.

J'ai profité d'un changement de matériel pour faire la migration et mauvaise surprise : freeze aléatoires. Plusieurs pistes, ram, carte graphique, bios, après les avoir écartées les unes après les autres, et à cause du manque de temps pour faire des recherches, j'ai fait un test sous Fedora 8, et la, aucun souci. Voila donc mes deux serveurs sous Fedora 8, en me disant que les upgrades via yum seront faisable, et qu'une prochaine version de centos fonctionnera surement, mais un peu déçu quand même. Seule consolation : avoir compiz-fusion sur la station de travail ;)

Configurer VirtualBox pour accéder à la machine guest via NAT

Sous VirtualBox, il est facile à la machine virtualisée d'accéder à internet, avec la configuration réseau attachée a NAT. En revenche, pour la machine hôte, il n'est pas simple d'accéder à la machine virtualisée. Pourtant VirtuaBox fourni ce qu'il faut pour mapper des ports hôtes vers des ports guests. Je montre dans ce billet comment depuis une Fedora 8 on peu accéder aux pages web et se connecter en SSH sur une CentOS 5.0 virtualisée.

vsftpd sur fedora / centos

De plus en plus le protocole FTP est critiqué pour son manque de sécurtié, comparé à d'autres protocoles de transfert sécurisés, tel scp. Personnellement je l'aprécie parce qu'il reste encore parfois (de moins en moins souvent c'est vrai) la seule possibilité de protocole de transfert chez certains hébergeurs, mais surtout pour la possibilité de gérer des utilisateurs virtuels (plutôt que de créer un compte système pour chaque utilisateur). J'ai toujours utilisé pureftpd, séduit par ce serveur légé, très configurable,disponible de base dans les répos Fedora, et de plus je pouvais m'appuyer sur l'excellent tutoriel de drpixel même si Fedora par défaut propose le serveur vsftpd lors de son installation. Récemment j'ai eu à configurer un serveur FTP sous CentOS 5.0, qui propose aussi vsftpd par défaut, et qui n'a pas dans ses dépôts de base pureftpd. J'ai vite trouvé un dépôt tiers le proposant, mais je me suis dis que c'etais plutôt une occasion de découvrir vsftpd, et j'ai immédiatement apprécié la aussi sa souplesse, sa légereté, et le fait qu'il propose une configuration très fine pour chaque utilisateur, bref, je l'ai adopté. L'intérêt de vsftpd est aussi son système d'authentification par PAM. Ainsi vous pouvez utiliser tous les types de stockage d'utilisateurs que PAM permet. Il sera par exemple très simple de les stocker dans une base mysql.

Je décris donc dans ce billet l'installation et la configuration de vsftpd, utilisant des utilisateurs virtuels, s'identifiant avec PAM. Jai choisis comme stockage pour les utilisateurs une petite base au format berkeley. Pour chacun de ces utilisateurs, je ferais en sorte que chaque paramètre de configuration puisse être personnalisé. J'ai testé ces manipulations sous Fedora 7 et CentOS 5.0. Je me suis inspiré de cet article pour rédiger ce billet.

Attention, cette documentation a été intégrée au wiki de fedora-fr.org à cette adresse. Mieu vaut la suivre sur ce wiki car elle bénéficie de plus de mises à jour (notemment pour le stockage des utilisateurs virtuels dans une base MySQL).