Bonjour,

Je suis utilisateur de Fedora depuis la "core 3". J'aimerais vous faire part de mon mécontentement au sujet de l'article "Fedora vs OpenSuse vs Ubuntu" du numéro 63 de votre magazine, pour lequel j'ai trouvé qu'il y a eu de la part des auteurs un réel manque de professionnalisme. Je doute même que la distribution ai été réellement testée, tant certaines erreurs sont flagrantes.

Je me permets donc ici de vous faire part de ce que j'ai relevé :

Dans la partie "Configuration", vous mettez un sous titre pour Fedora "Le minimum syndical". Vous ajoutez ensuite que c'est un choix délibéré afin de ne pas attirer trop de débutants. J'aimerais avoir une référence la dessus, car je pense que c'est totalement faux. D'ailleurs les outils de configuration graphique sont très nombreux, et se trouvent dans les menus Système=>Préférences et Système=>Administration. Je ne suis pas débutant, et j'utilise systématiquement des outils graphiques de configuration lorsque j'ai des paramétrages à faire. Les outils graphiques de configuration sous Fedora se nomment tous system-config-... (network, printer, keyboard). Non seulement les outils sont donc présents, mais en plus la plupart (tous ?) ont été développé par RedHat / Fedora, et certains ont été repris dans d'autres distributions... Vous parlez ensuite d'un "centre de contrôle plutôt séduisant" mais "très incomplet et très sommaire". J'ai été très surpris, car utilisant Fedora depuis très longtemps, je n'avais jamais entendu parler d'un "centre de contrôle" propre à ma distribution préférée. C'est en regardant la capture d'écran que vous avez associée à ce paragraphe que j'ai compris l'erreur : vous avez utilisé l'outil de configuration de compiz-fusion... Il est donc normal que vous le trouviez incomplet pour configurer une distribution. En revanche pour configurer compiz (ce pourquoi il a été fait), je le trouve plutôt pratique. J’espère que vous admettrez ici que vous n'avez absolument pas cherché à savoir comment configurer Fedora, que vous avez pris le premier outil de configuration trouvé et que vous vous êtes basé la dessus pour vous faire un avis. Sauf que l'outil n'était pas le bon, et donc l'avis n'a aucun crédit. Vous trompez d'ailleurs vos lecteur. C'est difficilement acceptable. Vous parlez pour terminer de l'installation des pilotes et logiciels propriétaires, tels que flash. Je ne vois pas ce que ça vient faire dans la partie configuration... Vous dites qu'il faudra lire les documentation, mais vous oubliez de préciser qu'une fois la doc lue, l'installation se fait en tapant au maximum deux lignes dans un terminal... Vous oubliez d'ailleurs de parler de la philosophie de Fedora, et de son attachement au libre. Vous dites avoir eu des soucis pour installer flash et la lecture de mp3. Je suis depuis de nombreuses versions la documentation lors d'une nouvelle version de Fedora pour installer (entre autres choses) ces outils, et tout marche à chaque fois. Il serait intéressant que vous indiquiez les problèmes que vous avez rencontré, pour pouvoir modifier la doc si nécessaire, mais étant donné le manque d’honnêteté avec lequel vous avez entamé ce paragraphe, j'ai quelques doutes quand au fait que vous auriez essayé d'installer des pilotes.

Il est aussi intéressant de noter que dans la colonne d’à coté, vous donnez un avis très positif d'OpenSuse en raison de la richesse de ses DVD, alors que votre test est fait depuis un live CD. J'y reviendrais plus tard ... Il est aussi intéressant de noter que pour Ubuntu, vous dites "Pour la partie périphérique, soit ça fonctionne directement, soit il faudra passer par la console pour régler le problème". En gros, soit ça marche, soit non, et la on utilise la console. Bref, quelle différence avec les autres distribution ? D'un seul coup utiliser sa console n'est pas un problème, alors que l'utiliser pour installer un driver propriétaire sous Fedora en est un, curieux. D'ailleurs, toujours pour la colonne "Ubuntu", le titre est "des assistants efficaces", puis plus loin : "Les quelques assistants présents ne sont pas d'une grande efficacité et souvent trop incomplets". J'espère que le stagiaire qui a écrit cette partie n'a pas eu les tickets resto que vous lui aurez promis !

Je passe au point suivant : "Offre logicielle". Vous parlez des nouveautés, du fait qu'il ne faut pas "avoir peur" d'essayer les dernière innovations. C'est assez vrai. Auriez vous donc vraiment testé cette distribution ? Vous parlez ensuite du fait que les dépôts RPM Fusion et Livna, sont parfois "très incomplets" selon vous. Je vous invite à lire la documentation francophone du site que vous critiquez à plusieurs reprises pour vous rendre compte qu'en ce qui concerne Livna, vous risquez d'attendre longtemps de nouveaux logiciels : http://doc.fedora-fr.org/wiki/D%C3%A9p%C3%B4t_livna. Je n'ai pas compris ce que sont les "décalages entre versions" non comblés. Il est intéressant de voir que vous parlez du dépôt ccrma, très spécifique, mais que vous omettez de parler d'un dépôt comme celui de "Remi" (et dont la configuration est extrêmement simple et expliquée dans la documentation francophone ...) pourtant très réputé dans la communauté (et pas que francophone).

Vous trouvez l'offre pas aussi complète que pour Ubuntu. Pour ma part, outre les dépôts standards déjà installés, j'utilise simplement le dépôt rpmfusion, et j'ai toute l'offre logicielle dont j'ai besoins. La fusion des dépôts Fedora a non seulement permis de donner une grande importance à la communauté, mais permet aussi de faire en sorte que l'offre logicielle réponde à des règles communes, et assure une cohérence du système. Oui, Ubuntu est extrêmement complet. Je package des logiciels pour Fedora et j'ai pu m'apercevoir que si un de mes paquets à mis 1 mois de plus que sous Ubuntu à arriver dans les dépôts officiels (et donc ne nécessitant aucune installation de dépôt tiers pour l'utilisateur), le packageur Ubuntu passait lui par un dépôt tiers qui se souciait peu des conventions pour l'emplacement de certains fichiers. Oui, le package ubuntu était prêt avant, mais il n'avait pas été vérifié, et nécessitait un dépôt tiers. Mon insistance auprès du développeur du logiciel pour permettre plus facilement de placer les fichiers du programme au bon endroit sur le système lui ont permit de fournir un système d'installation plus propre, et a facilité l'acceptation du paquet dans d'autres distributions. Chacun sa politique, mais il est important de préciser les choses ...

Le point suivant : "Communauté - Aide". Vous continuez sur votre exemple d'installation du dépôt ccrma (sans préciser à vos lecteurs qu'ils s'agit d'un dépôt très spécifique, concernant surtout les musiciens, et que certains des logiciels qu'il propose nécessitent aussi certainement, pour les autres distributions, l'utilisation de dépôts tiers). Vous dites ne pas être "convaincus" de l'aide donnée sur le site d'aide francophone, sauf qu'elle fonctionne, et que les urls utilisées sont celles des miroirs français données sur le site officiel du projet. Vous vous doutez bien qu'elles n'auraient pas été utilisées si elles avaient été du type "http://jesuisunpirate.com/ccrm.repo" ... L'outil proposé pour installer le rpm est "yum", et l'option --nogpgcheck est utilisée car effectivement le paquet n'est pas signé. C'est une erreur du dépôt (tiers !), et pas une erreur de Fedora. Vous dites que le site officiel donne une solution (utiliser rpm directement, plutôt que yum), et qu'elle ne marche pas. Je viens de faire l'essai, et ça fonctionne chez moi. La encore vous ne donnez aucune précision... En revanche, même en passant par "rpm", on a un avertissement au sujet de la non signature du paquet. Au final vous ne dites pas ce qui a fonctionné. Vous dites ensuite que la communauté française n'est pas "trop organisée" pour la documentation. Je suis curieux de savoir le temps que vous avez pris pour savoir quelle est notre organisation ... autant que pour trouver le panneau de contrôle qui n'existe pas ?

Ce paragraphe sur la communauté montre parfaitement votre partialité, et de quelle façon vous cherchez à dénigrer Fedora. Vous prenez un exemple très précis sur Fedora, un dépôt dont la plupart de vos lecteur n'aurons pas besoins. Vous dites avoir des problèmes avec ... vous ne donnez pas de solution ... Vous nous servez ensuite une petite remontrance en nous disant que la documentation joue un rôle important dans le choix d'une distribution ... En revanche pour OpenSuse, c'est magique ! Il faut d'abord chercher quels sont les sites d'aide, pour ensuite pouvoir rechercher dessus. Mais ça ne vous pose pas de souci. Vous dites qu'ils répondent au "maximum des attentes", mais vos attentes pour OpenSuse semblent moins pointilleuses que pour Fedora. J'espère ne pas blesser les utilisateurs francophones d'OpenSuse (j'en fais aussi partie !), mais ce n'est pas un secret que de dire que la communauté est "plutôt petite". Vous finissez en disant que la communauté francophone est quasi inexistante (c'est pire que mal organisée (selon vous) non ?). Ne mettre qu'un point d'écart entre Fedora et OpenSuse ne reflète absolument pas la réalité. De plus vos comparaisons sont totalement inégales. C'est bien de mettre des notes, mais il serait bien de mettre un barème, cela rendrait peut être les choses moins aléatoires, et vous aurait peut être forcé à faire une réelle comparaison ...

Votre bilan est plutôt fidèle au reste. Dans l'introduction de l'article, vous dites qu'il ne s'agit pas d'un comparatif de bureau. Heureusement que vous n’êtes pas allés jusque la ! A quoi aurions nous eu droit. Vous arrivez quand même à dire que Fedora et Ubuntu sont diffusées avec Gnome, laissant penser que pour avoir kde avec Fedora, il faudrait, à l'image de Ubuntu, télécharger une "Kedora". Vous avez simplement utilisé le liveCD gnome, comme vous auriez pu prendre le liveCD KDE de Fedora. Sinon, le DVD propose les deux bureaux (puisque vous parlez des dvd comme un point positif pour OpenSuse ...).

Bref, j'espère vous avoir montré que votre "article" n'a rien de professionnel, et n'a pas fait l'objet d'un réel travail (la bourde sur le panneau de contrôle de compiz est franchement énorme, et a du mal à passer !). Voir que l'un des auteurs est rédacteur en chef du magazine me fait peur. Utilisant Fedora et m'investissant un peu dans la communauté, j'ai pu relever vos erreurs. Mais je me dis aujourd'hui qu'il est probable que vous aillez fait le même genre d'article sur des sujets auxquels je ne connais rien, et que je me sois fait "avoir" comme vous aurez bien eu les gens qui ne connaissent pas Fedora et a qui vous aurez fourni un tas de fausses informations.

Je ne sais pas comment vous réagirez à ce message, vous n'hésitez pas de temps en temps à publier des courriers négatifs de vos lecteurs, ce qui est plutôt une bonne chose. Le mien est bien long et nécessiterait quelque pages. Cependant les erreurs ayant été grosses, je trouve normal que des utilisateurs de Fedora puissent avoir un droit de réponse, et surtout rectifier les choses. J'ai donc rédigé un article sur mon blog (http://blog.nicoleau-fabien.net/index.php?post/2011/01/22/R%C3%A9ponse-%C3%A0-l-article-Fedora-vs-OpenSuse-vs-Ubuntu-du-Linux-Planet-63), diffusé aussi sur le planet fedora francophone. Thomas Canniot en a aussi rédigé un, diffusé sur plusieurs planet, et reprends de façon constructive les points qui ont manqué pour que votre article puisse avoir un réel sens (http://blog.mrtomlinux.org/index.php?post/Plan%C3%A8te-Linux-%3A-num%C3%A9ro-de-janvier-2011-d%C3%A9cevant-!). Il pose d'ailleurs une bonne question : pourquoi ne pas être venus nous voir ? Je pense que vous vous devez au moins de rectifier les choses dans votre prochain numéro, notamment à propos du centre de contrôle. Une réaction plus positive, et constructive, serait de proposer dans un futur numéro une réelle présentation de Fedora, avec un réel investissement, un rapprochement avec la communauté, et de mettre en évidence sa philosophie, qui fait d'elle une distribution à part. D'ailleurs, toutes les distributions mériteraient cela, pas seulement Fedora.

C'est la première fois que je vous écris, je me permets donc d'enchainer sur un avis à propos de votre magazine :

contrairement à ce que vous aurez peut être pu penser, je ne suis pas un "anti ubuntu", ou "anti OpenSuse", qui sont deux distribution que j'ai utilisées et appréciées. Cependant je regrette que tous vos articles tournent autour de ubuntu, ça en est exaspérant. Bien sur vous présentez d'autres distributions, mais lorsqu'il s'agit de parler d'un logiciel, de son installation, c'est toujours sous ubuntu (à une époque c'était mandrake). Moi, comme beaucoup d'autres personnes, je ne suis pas utilisateur de ubuntu. Est ce une tare au point de ne pas avoir le droit de temps en temps d'avoir UN article qui ne se base pas sur Ubuntu. Bien sur en parlant de ubuntu, vous touchez le plus de monde, mais les autres ? Toutes les distributions ont des choses à proposer, et je trouve dommage que vous tombiez dans la facilité de toujours rester sur la même distro. Vous dites parfois que c'est "plus simple", mais ça en devient lassant. Vous rencontrez aussi des problèmes sous ubuntu, et vous fournissez des solutions. Pourquoi ne pas en fournir pour les autres distributions ? Linux est considéré comme un système alternatif, mais bientôt, les gens, à force de lire vos articles, penseront que mandriva, opensuse, fedora, et bien d'autres, sont des distributions secondaires par rapport à ubuntu. Ce serait des alternatives à Ubuntu, dans un système alternatif à Windows.

Il est évidemment difficile de connaitre toutes les distributions, et de pouvoir changer chaque semaine. Cela doit prendre beaucoup de temps. Mais je regrette que vous ne sembliez pas essayer. Si les choses sont moins faciles ailleurs, alors ça ne vaut pas le coup de chercher et fournir une solution ? Vous pourriez vous aussi être une source de documentation et un fournisseur francophone d'aide, comme vous semblez y tenir. Il est bien loin le temps ou j'avais sur mon bureau quelques numéros de linux planet avec des marques pages partout parce qu'il y avait la petite astuce qui résolvait mon souci. J'ai de plus en plus l'impression de lire "Ubuntu planet". C'est très bien ubuntu, et c'est très bien que les utilisateurs puissent lire vos articles et utiliser facilement les commandes que vous fournissez. Mais moi je n'utilise pas Ubuntu, et j'aimerai avoir un magazine comme il l'était avant, quand il mettait en avant la diversité de Linux, et de tout ce que ce système offre.

J'ai tous vos numéros depuis le #23, mais suite à cet article, et la sensation de ne pas être "le bon lecteur puisque je n'ai pas la bonne distro", je ne pense pas que je renouvellerai mon abonnement.

Fabien Nicoleau

Un très fidèle lecteur, très déçu