eponyme's blog : linux, dev & cie

Chasse au SPAM et mise à jour de Spamplemousse2

Après avoir déterré ce blog et décidé de donner un peu de nouvelles, j'ai été inondé de spams dans les commentaires. J'ai tout mis à jour, et rien n'y faisait. Je me suis rendu compte que la version de Spamplemousse2 sur dotaddict était en 2.01, alors que la version de mon blog était inférieur, visiblement en beta. Pourtant dotclear ne me proposait aucune mise à jour. En supprimant Spamplemousse2 et en l'installant de nouveau depuis dotAddict, tout est rentré dans l'ordre. Si vous avez donc un souci de ce coté la, vérifiez que vous êtes bien à jour au niveau de l'antispam. J'espère ne pas parler trop vite et ne pas me retrouver de nouveau inondé avec ce post ;).

Fabien (eponyme)


Orphan de la plupart de mes packages

Bonjour à tous,

J'ai release ce soir l'ownership de la plupart de mes packages et en ai fait l'annonce sur la devel list.

Ne suivant plus réellement la plupart de ces projets, il m'était difficile d'en maintenir les RPM correctement. J'en ai cependant ai conservé 4.

Je m'écarte donc un peu du projet fedora (sans pour autant le quitter), par manque de temps principalement. Le peu qu'il me reste pour "geeker" sera mis à profit pour du dev sur android.

Par ailleurs ce blog n'est pas mort, et je compte bien prendre le temps de rédiger de nouveaux billets, beaucoup plus orientés sur la découverte de petits utilitaires.

Fabien (eponyme)


fail2ban : punir les récidivistes

Fail2ban permet de bannir des adresses IP tentant de s'attaquer à votre système. Elles sont repérées grâce aux fichiers de log des différents services. Fail2ban les consulte et agit en fonction des expressions régulières qui lui sont données, et d'une tolérance d'erreurs donnée.

Les "bans" ont une durée, mais parfois on se rend compte qu'aussitôt son ban terminé, une adresse tente de nouveau de s'attaquer au système. Une solution simple peut être de mettre une rêgle permanante avec iptables, ce qui règlera définitivement le problème. Cependant cette solution ne me convient pas totalement car je n'aime pas le fait d'ajouter des règles à iptables qui ne seront peut être pas toujours utiles (l'attaquant peut s'arrêter, ou son adresse peut changer). De plus, j'aime assez l'idée qu'un serveur puisse être un minimum autonome. Si je ne consulte pas les logs de mon serveur pendant 1 mois et que je ne me rend pas compte qu'une adresse m'attaque à longueur de journée, mon serveur risque d'être en danger.

Pour régler ce problème, il suffit de créer un jail dans fail2ban qui scrutera son propre log. Ainsi il sera possible de bannir pour une très longue durée une IP qui déjà été bannie plusieurs fois. Cette technique est expliquée dans un article en anglais, je propose ici une explication en  français.


fail2ban : classement des IP les plus bannies

J'utilise depuis très longtemps fail2ban, qui permet de bannir des IP générant trop d'erreurs (le plus souvent des échecs d'authentification). Il se base sur les logs des différents services et des expressions régulières pour retrouver les tentatives et les bannir.

Je m'y suis un peu plus intéressé ces derniers temps car j'ai été attaqué par des scripts vraiment insistants (ce sera l'objet d'un prochain billet). Dans un premier temps, j'ai voulu obtenir une liste des adresses bannies, avec le nombre de fois, afin de déceler des "récidivistes". Voici la commande utilisée (fail2ban log avec SYSLOG sur mon serveur) :

cat /var/log/messages|grep Ban|awk '{print $7" "$9}'|sort|uniq -c|sort -r

Voici l'explication de la commande :

  • cat : affichage du fichier de log
  • grep Ban : on ne conserve que les lignes concernant un bannissement
  • awk : on extrait simplement les 7ème et 9ème parties, c'est à dire le "jail" utilisé pour le ban, et l'IP bannie
  • un premier sort pour faire en sorte que les IP identiques soient listées les unes en dessous des autres
  • uniq -q : réunies les lignes communes et affiche devant le nombre de fois qu'elles apparaissent
  • un dernier sort (avec l'option reverse) pour faire un tri inverse

On se retrouve ainsi avec une liste indiquant le nombre de fois qu'a été bannie une IP, le jail utilisé et l'IP bannie, le tout dans l'ordre décroisant. Voici un exemple :

      8 [ssh-iptables] 188.138.98.75
      2 [apache-dfind] 93.174.2.202
      2 [apache-dfind] 81.196.179.210
      2 [apache-dfind] 217.70.51.154
      1 [ssh-iptables] 96.8.121.185
      1 [ssh-iptables] 87.106.132.104
      1 [ssh-iptables] 58.211.5.130
      1 [ssh-iptables] 221.207.229.6
      1 [ssh-iptables] 201.140.103.17

Le défaut de cette commande est que l'odre est faire sur du texte, et donc si une IP est bannie plus de 9 fois, elle apparaitra en bas, au lieu d'être en haut.

Cela permet cependant de repérer rapidement une IP trop "agressive" pour la bannir définitivement par exemple.


Fabien (eponyme)


Mise à jour de quvi pour rawhide : éclatement des paquets

Je paquage le logiciel "quvi" pour Fedora. Ce logiciel fournit une bibliothèque (libquvi) permettant de parser les vidéos des sites tels que youtube ou dailymotion (et beaucoup d'autres) ainsi qu'un outil (quvi) utilisant libquvi pour parser les vidéos. La dernière version, la 0.4.0, est maintenant divisée en 3 sources : libquvi (la bibliothèque), libquvi-scripts (les scripts lua utilisés par libquvi permettant de parser les sites) et quvi, l'utilitaire.

J'ai donc aujourd'hui fait les demandes de revue pour les paquets libquvi et libquvi-scripts. Je mettrai à jour quvi quand les deux dépendances auront été importées dans les dépôts:

Ces changements sont importants et ne seront donc effectués que dans rawhide.


Fabien (eponyme)


NomNom présent dans les dépôts !

clive et cclive sont deux logiciels (du même auteur) permettant de récupérer les vidéos de sites tels que youtube ou dailymotion (et beaucoup d'autres !). Il existait auparavant un "frontend" à ces utilitaires, toujours du même auteur : abby. Ce dernier a été remplacé par NomNom (encore et toujours du même auteur), et permet de visionner les vidéos directement en streaming, ou simplement de les télécharger. Il permet aussi de profiter des options de umph (dont je vous laisse deviner l'auteur ..) pour télécharger toute une liste de lecture, ou de favoris de YouTube. NomNom peut être une bonne alternative à ceux ne souhaitant pas utiliser de plugin flash avec leur navigateur.

umph et NomNom n'étaient pas présents dans les dépôts. Je les ai donc packagés et  proposés. Ces deux paquets ont été acceptés et sont maintenant disponnibles dans les dépôts de Fedora, à partir de la version 15. Pour installer NomNom, en root :

# yum install nomnom


Fabien (eponyme)


Orphan de certains de mes paquets

Bonjour,

En raison de manque de temps, et souhaitant me concentrer sur les paquets que j'utilise avec Fedora, j'ai pris la décision "d'orphan" 6 des paquets que je maintiens dans les dépôts :

  • gestikk : permet de lancer des logiciels avec un simple mouvement de souris
  • immix : mixage de photos
  • itaka : serveur de capture d'écran
  • perl-WWW-Curl : extension perl pour manipuler libcurl
  • vbindiff : visualiseur de fichiers en hexadécimal, avec prise en charge de fichiers à forte taille
  • xcftools : suite d'utilitaires en ligne de commande permettant de manipuler les fichiers au format XCF

J'ai de plus retiré deux paquets :

  • abby : cette interface graphique à clive et cclive a été remplacée par nomnom, que j'ai ajouté dans les dépôts (j'en parlerai bientôt)
  • trustyrc : mon robot IRC, que je ne maintiens plus

Ceux qui souhaitent maintenir ces paquets pourrons compter sur moi en cas de besoins/questions.


Fabien (eponyme)


Adieu amen, bonjour 1&1 !

Ce blog était hébergé depuis 2 ans chez amen. Je n'avais pas hésité longtemps à l'époque car c'était les seuls à proposer une config pour 5 euros HT. Evidemment, "on en a pour son argent", mais ça fonctionnait plutôt bien pour mes faibles besoins. Cependant au fil du temps, et des mises à jour je suppose, le serveur ne faisait plus l'affaire. Impossible de faire une mise à jour sans planter yum, en manque de RAM. Amen ne proposait plus depuis quelques temps cette config, mais la laissait disponible en renouvellement. Après une réinitialisation du serveur, je me suis retrouvé avec un serveur "nu", impossible à mettre à jour, et avec un yum inutilisable. Bref, un serveur qui ne sert pas.

En attendant le remboursement de mon abonnement je me suis mis à la recherche d'un nouveau VPS, pas cher, mais suffisamment robuste tout de même. C'est 1&1 qui propose l'une des meilleures config pour 12 euros TTC, prix le plus bas en France pour une config potable. De plus 1&1 a plutôt une bonne réputation, c'est assez rassurant. Je paye le double, certes, mais la config est largement supérieure.

Voilà donc ce blog reparti, après une semaine offline, hébergé chez 1&1 !

Fabien (eponyme)


Bye bye adSense

Beaucoup de place occupée, peu de revenus ... je me suis décidé à retirer les publicités adSense qui se trouvaient sur ce site. Le revoilà vierge de toute propagande (qui n'était pas toujours en armonie avec le but de ce blog) !  :D

Fabien (eponyme)


Créer un fichier Excel à partir d'un script

J'ai récemment eu besoin de générer despuis un script un "vrai" fichier Excel. J'entends par "vrai", un fichier qui ne s'importe pas, mais qui s'ouvre directement et qui puisse contenir de la mise en forme. En recherchant sur internet, j'ai découvert que OpenOffice et Microsoft Excel (et peut-être d'autres tableurs) savent ouvrir un fichier content une description de table au format HTML. En plus, ils savent gérer des styles (de type CSS). Tout est donc imaginable, sauf que se pose le problème récurent des formats de cellule. N'ayant à travailler que pour Excel (on ne choisit pas toujours ses outils!), j'ai trouvé sur internet une solution pour celui-ci. En effet, il prends en compte la directive mso-number-format permettant de définir le format de la cellule. Ce billet indique différents exemples de valeurs possibles pour définir les formats.

Ainsi j'ai pu, à grand coup de echo et de redirection de flux, générer des fichiers Excel avec de bons formats pour les dates, les chiffres, forcer du texte (notamment pour les chaines ne contenant que des chiffres), et ajouter un peu de mise en forme.

Histoire de servir d'exemple, et pour moi de pense-bête, voici le contenu d'un fichier xls qui peut être généré avec différents exemples de formatage de cellule :

<style>
   .date {mso-number-format:"dd/mm/yy"}
   .txt {mso-number-format:"\@";}
   .gras {font-weight:bold;}
   .centreGras {font-weight:bold; text-align:center}
   .fondRouge {background-color : red}
   .enJaune {color:yellow}
   .titreVoyant {background-color:green;color:cyan;font-weight:bold}
   .3dec {mso-number-format:"\#\, \#\#0\.000"}
</style>

<table border="1">
<tr><td class="txt">00001</td><td class="gras">En gras</td><td class="centreGras">Au centre, en gras</td></tr>
<tr><td>00001</td><td class="fondRouge">fond rouge</td><td class="enJaune">en jaune</td></tr>
<tr><td class="titreVoyant">FLASH !</td><td class="date">25/01/2011</td><td class="3dec">10254,25689744541</td></tr>
<tr class="gras"><td>toute la </td><td>ligne </td><td>en gras</td></tr>
</table>

Voici le rendu dans Excel :

excelhtml.JPG

Notez que les cases A1 et A2 contiennent la même valeur, mais A1 étant formaté en texte, les zéros sont bien affichés. Pour l'instant je n'ai pas réussi à appliquer plusieurs classes à une même cellule, ce qui force à créer des classes spécifiques avec plusieurs mises en forme.

Voilà donc une solution rapide qui permettra, lorsque le langage de programmation ou de script utilisé ne contient pas de module pour gérer le format xls, de générer des fichiers Excel correctement formatés.


Fabien (eponyme)


GNOME 3 : passer de Gnome-Shell au mode restreint (et inversement) facilement

Il est facile, dans la configuration de GNOME 3, de forcer le mode restreint. Il suffit d'aller dans les paramètres système, Informations système, carte graphique, et d'activer le "Mode restreint forcé". Il faut ensuite relancer sa session GNOME. C'est cette dernière étape qui me pose soucis. En effet j'ai besoin de passer en mode restreint pour pouvoir jouer confortablement aux jeux en 3D, et il devient vite contraignant de devoir relancer ma session juste pour une partie.

Pour contourner ce problème, j'ai créé un petit script qui permet de passer de Gnome-Shell au mode restreint, sans redémarrer sa session, et évidemment de passer du mode restreint à Gnome-Shell. Le seul prérequis pour que cela fonctionne est de désactiver l'option "AutoRestart" de Gnome-Shell, sinon, il essaiera de se relancer par dessus gnome-panel ...

Pour que cette modification n'affecte que ma session, j'ai importé dans mon compte le fichier de lancement de Gnome-Shell :

$ cp /usr/share/applications/gnome-shell.desktop ~/.config/autostart/

On désactive ensutie l'AutoRestart :

$ sed -i -e 's/AutoRestart=true/AutoRestart=false/' ~/.config/autostart/gnome-shell.desktop

Il faut maintenant redémarrer votre session GNOME pour que cette option soit prise en compte. Une fois votre session réouverte, vous pouvez utiliser ce script (téléchargeable dans les fichiers joints au billet) , que j'ai nommé gnome-mode.sh :

#!/bin/sh
case $1 in
   "panel"|0)
      gnome-panel --replace &
      killall gnome-shell
      metacity --replace &
      break
      ;;
   "shell"|1)
      gnome-shell --replace &
      break
      ;;
   *)
      echo "usage : $0 panel|shell"
esac

Il est assez simple. Lorsque vous utilisez Gnome-Shell, pour passer en mode restreint (avec gnome-panel) :

$ ./gnome-mode.sh panel

Notez que l'on peut utiliser 0 au lieu de panel comme paramètre.

Lorsque vous êtes en mode restreint, pour réactiver Gnome-Shell :

$ ./gnome-mode.sh shell

Notez que l'on peut utiliser 1 au lieu de shell comme paramètre.

Voilà, ce petit script vous permettra donc de passer d'un mode à l'autre facilement, quand le besoin s'en fait sentir, pour les jeux par exemple, quand comme moi, votre configuration matériel ne permet pas de faire tourner Gnome-Shell en même temps que des applciations 3D.


Fabien (eponyme)


umph : récupération de liens à partir de flux Youtube

Il y avait longtemps que je n'avais pas proposé un nouveau paquet au projet Fedora. Je travaille actuellement sur l'empaquetage de NomNom, un logiciel permettant de télécharger ou visionner en streaming des vidéos provennant de sites comme Youtube, Dailymotion, et bien d'autres, en utilisant les outils quvi et clive/cclive que je package déjà (Pikatchu_2014 a d'ailleurs permit d'allonger la liste des sites supportés en me faisant corriger une option de compilation de quvi :D ). NomNom (qui devrait donc succéder à abby, projet devenu inactif, mais du même auteur), permet aussi de récupérer des vidéos à partir d'un flux youtube. Pour cela il se repose sur l'outil umph, du même auteur, qui permet de récupérer sous différentes formes les informations d'un flux Youtube (voir les exemple sur la page du projet).

umph n'est donc pas d'une immense utilité en lui même mais devient très pratique lorsqu'il est associé aux autres utilitaires de "legatvs", et est naturellement une dépendance pour NomNom.

J'ai donc packagé cet utilitaire et en ai proposé la revue, qui j'espère ne devrait pas poser de problèmes.


Fabien (eponyme)


emesene pour MSN

A chaque nouvelle version de Fedora, j'essaie une alternative à l'un des logiciels que j'utilise quotidiennement, histoire de voir ce qui se fait ailleurs, de changer mes habitudes, de découvrir des fonctionnalités ... C'est d'ailleurs ainsi que j'ai adopté quodlibet pour ma musique !

Pour la version 15 de Fedora, j'ai décidé d'utiliser emesene en lieu et place d'aMsn, que j'utilise, je crois, depuis toujours sous linux. Le fait qu'aMsn ait des petits soucis de systray avec Gnome-Shell (cette fois-ci c'est vrai ! :D) aura joué en sa défaveur ! Et puis je n'ai jamai été vraiment fan de l'interface en tk. J'appréciais en fait aMsn pour les nombreuses fonctionalités qu'il à toujours apporté, souvent en avance sur les autres alternatives.

J'avais essayé emesene à ses débuts, et je m'étais dis que je retesterais quand il aurait murit. Je n'ai pas été décu, je le trouve complet, et vais donc l'utiliser avec cette nouvelle Fedora !


Fabien (eponyme)


Me voilà sous Fedora 15

Ces derniers temps, j'étais peu (ou moins) enthousiaste lors des sorties de nouvelles versions de Fedora. J'installais, ça tournait, et puis voilà ... Cette fois-ci les choses sont assez différentes, car parmi les nombreuses nouveautées se cache une qui va changer mon quotidien : GNOME 3. Avec les pré-versions de F15, je l'avais testé rapidement, sans vraiment m'y mettre. La, plus le choix ! Et franchement mes craintes se sont vites envolées, je m'y suis habitué en une soirée, et ce grâce à llaumgui et trashy qui ont rédigé cette documentation qui a répondu à beaucoup de mes questions.

Une autre bonne surprise, pour moi, sera la disparition de ce vieu bogue de son. Plus besoins de remonter le volume à chaque démarrage, ca sera un petit confort.

Il me reste encore trois soucis, qui trouveront peut être solution dans les commentaires :

  • De nombreuses applications (xchat, amsn, quodlibet, packagekit) n'ont plus d'icône dans le systray. C'est vraiment gênant et je suis surpris de ne pas trouver d'info la dessus sur le net
  • Je ne trouve pas l'endroit ou indiquer les applications que je souhaite lancer au démarrage de gnome, comme conky
  • Je n'arrive plus à cacher un utilisateur dans la fenêtre de login, le fichier custom.conf de gdm ne semble plus faire effet

Il me restera à trouver un jeu d'icones et un nouveau thème pour les fenêtres car je ne suis pas un grand fan de celui par défaut, mais ca n'est pas le plus important pour le moment.

Il faut noter que GNOME 3 n'utilise plus gconf mais gsettings (avec dconf-editor, son interface graphique). Pour, sous Nautilus, être en mode "saisie de l'emplacement" par défaut, j'ai donc utilisé cette commande :

$ gsettings set org.gnome.nautilus.preferences always-use-location-entry true

Et vous, sous Gnome 3, ça va ? :D


Fabien (eponyme)


QtScript : exemple d'utilisation

J'ai essayé dans mon billet précédent de démystifier QtScript et de montrer au travers de différents exemples quelques unes des possibilités offertes par ce module de la bibliothèque Qt. Après ces premiers pas, je vous propose ici d'utiliser QtScript dans un exemple concret. Il s'agira de créer une calculatrice pour laquelle chaque type d'opération possible sera un plugin développé en JavaScript. Il sera ainsi possible "d'étendre" cette calculatrice comme bon vous semble en codant de nouveaux types d'opérations. Cependant je m'en tiendrai dans cet exemple aux simples addition, soustraction, multiplication et division. J'ai appelé ce petit projet QtExCalc pour Qt Extendable Calculator.


Premiers pas avec QtScript

Dans un précédent billet, j'avais parlé de la possibilité d'intégrer très facilement dans vos applications Java des scripts écrits en JavaScript, et de la facilité avec laquelle vos applications peuvent interagir avec les scripts. J'avais ensuite proposé un exemple d'utilisation avec un robot IRC fonctionnant avec des plugins écrits en JavaScript.

La bibliothèque Qt permet elle aussi d'intégrer des scripts JavaScript dans vos applications. Je propose ici de découvrir comment le faire, à travers quelques exemples simples.


Réponse à l'article "Fedora vs OpenSuse vs Ubuntu" du Linux Planet #63

Vieil abonné de ce magazine, j'ai reçu le dernier numéro il y a quelques jours, qui propose un comparatif des trois distributions mentionnées dans le titre, proposant même en couverture de nous dire quelle est la meilleure ! Le problème est que ce comparatif se trouve en fait être un "travail" bâclé, plutôt pro-ubuntu, contre Fedora, et qui ne nous dis pas grand chose sur OpenSuse. Si le résultat était basé sur un vrai comparatif, on pourrait admettre la chose. Sauf que ce n'est pas le cas, et c'est Fedora qui en pâti le plus. Selon cet article, nous sommes une communauté mal organisée, et notre système est difficilement configurable sans un bon niveau d'anglais. De plus Fedora n'a volontairement inclut aucun outil de configuration afin de ne s'adresser qu'aux experts. Ah si il y en a un, oui oui, nous avons un "centre de contrôle", ils ont même mis une capture d'écran ! En regardant de plus près, le "centre de contrôle" est l'outil de configuration de compiz-fusion. Pas étonnant qu'il soit jugé "séduisant mais incomplet" pour configurer notre Fedora, puisque qu'il n'est pas fait pour ça. Pour l'offre logicielle de Fedora, l'auteur reproche au dépôt Livna de ne pas être à jour ... Bref, vous voyez le niveau de l'article, et surtout le non professionnalisme. On trouve des défauts à Fedora qui se transforment presque en avantage chez les autres distros. Cela dit, Ubuntu n'est pas en reste, puisque qu'un titre nous dis "Ubuntu, des assistants efficaces", et quelques lignes plus bas "Les quelques assistants présents ne sont pas d'une grande efficacité et souvent trop incomplets". En somme, un article qui n'en ai pas vraiment un, et qui m'a exaspéré. On regarde la distro vite fait, on clique ici et la, et on donne un avis. MrTom dans son billet pointe les deux erreurs principales : ne pas avoir parlé des idéaux des distros, et ne pas avoir contacté la communauté.

J'ai donc joints le courrier des lecteurs, et leur ai envoyé, ce courrier, en espérant qu'il y aura au moins un petit correctif pour ce qui a été inventé de toute pièce, et que comme je le leur propose, pour se rattraper, ils prendront le temps de rédiger un vrai article sur Fedora dans un numéro, en prenant soin de s'intéresser vraiment à la distribution, sa communauté, sa philosophie, bref, leur job.

Edit : Honte à moi, je retire ce que j'ai dis sur le panneau de contrôle qui existe bel et bien. L'erreur vient donc de moi, et non pas du magazine, qui pour le coup me l'a fait découvrir. Merci à eux :)


Scripts JS avec Java et Rhino : mise en œuvre avec un bot IRC

Je montrais dans mon billet précédent que grâce à Rhino il est possible d'exécuter du code JavaScript depuis un programme Java, et comment il possible de se servir de ce système pour gérer des plugins. Je propose dans ce billet de mettre en œuvre ces fonctionnalités et de les appliquer à un projet simple : un robot IRC modulaire. Le principe est d'avoir un robot écrit en Java et capable de se connecter à un serveur IRC, puis de communiquer avec lui (envoi et réception de messages). Nous n'ajouterons rien à ce programme Java, aucun savoir faire pour ce robot, à une exception prêt : la possibilité de stocker des plugins qui lui permettront d'avoir de nouvelles fonctionnalités. Attention, le sujet de ce billet n'étant pas le codage d'un robot IRC (il y en a de meilleurs pour ca ^^), celui présenté ici est ultra simple, et se contente du minimum.

Pour comprendre ce programme, il faut avoir quelques notions sur Rhino/Java, des notions sur les expressions régulières, et notamment les groups qui seront bien utiles ici, et savoir en gros ce qu'est un client IRC.


Java : gérer facilement des plugins JavaScript

Dans une application, il peut être parfois intéressant d'extraire une partie de l'intelligence afin de répondre à un besoins sépcifique. Un exemple courant est une application fournie à différents clients. Elle comporte un socle commun, puis les spécificités sont développées dans des plugins afin de ne pas avoir à toucher au code de l'application pour une demande particulière. L'autre intérêt est de pouvoir charger dans une application des fonctionnalités supplémentaires, permettant de réduire le poids de l'application en retirant des fonctionnalités inutilisées. Le fait d'avoir du code externe permet aussi d'en facilité les mises à jour.

En Java, il est possible de créer des plugins de différentes façons : avec des classes externes, chargées grâce à un ClassLoader, grâce à groovy, très populaire, ou encore jython, permettant d'exécuter du code Python depuis un programme Java. Il existe de nombreuses autres solutions, comme celle d'utiliser le moteur JavaScript de la fondation Mozilla : Rhino. Sa particularité est qu'il est fourni par défaut avec Java depuis la version 6.

En ayant eu besoin pour un projet, et ayant trouvé peu d'aide en français, je propose ici quelques exemples très basiques afin de mettre en place un système de plugins JavaScript avec Java. 90% de l'aide dont j'ai eu besoin a été trouvée sur cette page de documentation. Je reprends donc ici quelques exemples, commentés, afin de comprendre le principe et d'imaginer les possibilités qu'offre Rhino. N'hésitez pas à poser des questions dans les commentaires si vous avez besoins de précisions.


5 ans (et quelques mois) de fedora-fr.org !

Comme tous les ans depuis quelques années maintenant, je profite de mon "anniversaire" d'inscription sur le site fedora-fr.org (datant du 07/07/2005) pour faire un petit bilan de mon activité autour de fedora. En relisant les billets précédents, je m'inquiete un peu de voir que ça diminue de plus en plus, mais maintenant que j'ai de nouveau ma connexion, et la motivation après une longue pause, plus d'excuses ! Voilà donc un petit tour d'horizon, à aujourd'hui :

Le forum

Je suis un lecteur assidu (et modérateur aussi parfois!), un peu moins contributeur. Je reste fidèle et continue la lecture quotidienne des sujets. J'ai aujourd'hui 2185 messages au compteur.

Le wiki

Comme l'an dernier, honte à moi ... Je n'ai toujours que deux articles à mon actif :

Les cannaux IRC

J'y suis présent tous les jours, c'est d'ailleurs le meilleur moyen de me contacter. Présent pour causer .. aider.. C'est par ce biais que je reste le plus au sein de la communauté.

Packaging

J'ai au cours de cette année ajouté trois paquets à ma liste pour les dépôts de fedora :

  • monkeystudio : un EDI multi-plateformes dédié à Qt4
  • quvi : une bibliothèque permettant de récupérer les informations des vidéos disponnibles sur de nombreux sites de partages de vidéos (youtube & co) utilisée par cclive
  • xcftools : paquet fournissant quelques utilitaires permettant de récupérer des informations sur les fichiers au format .xcf

Comme l'an dernier, c'est de ce coté que je contribue le plus, et les choses devraient continuer dans ce sens, car j'ai quelques paquets sur le feu que je proposerai certainement cette année.

Même s'il n'y a pas de rapport direct, ma minuscule contribution à xchat a été prise en compte dans la dernière release, permettant enfin de rendre le temps des notifications configurable.

Mon blog

Principal reflet de mon activité, il a logiquement été peu mis à jour. J'ai cependant cette année passé la barre des 100 billets. C'est à cette occasion que j'ai mis en place un nouveau thème, sur lequel je devrais encore travailler. En tout cas dans l'état actuel il me convient bien. Le blog à donc aujourd'hui 103 billets, et 271 commentaires.


Voila pour cette année, peu de choses à dire, mais je suis aujourd'hui de nouveau disponnible pour faire en sorte d'avoir de nouveaux chapitres à ajouter l'an prochain ;)


Fabien (eponyme)


- page 1 de 7